top of page

Comprendre son stress et agir ?

Dernière mise à jour : 30 oct. 2023

Précédemment, nous avons décrit le mécanisme du stress en 3 phases : alarme, résistance et épuisement. Nous vous proposons cette semaine des pistes pour gérer efficacement votre stress.


1ère étape : mesurer et décrire.

Comme tout est affaire de perception, il est important de savoir quel est le niveau acceptable pour soi. L’objectif est d’agir avant que le stress ne cause des dégâts !

Pour cela, la métaphore de la bouteille est parlant : imaginez que votre stress se trouve dans une bouteille, c’est quand elle déborde que ce n’est plus acceptable.

L’astuce est d’identifier les composantes de votre stress, d’imaginer quel volume prend chaque composante dans la bouteille et de déterminer à quel volume vous souhaiteriez être. Cela permet de prendre conscience de ce qui stresse et d’identifier sur quoi il est possible d’agir.

Parmi ces composantes, il y a des stresseurs internes (ce sont vos pensées) et des stresseurs externes qui sont liés à la situation, aux circonstances.


2ème étape : Agir

Identifier les déclencheurs :

Un des problèmes de la gestion du stress est que nous évitons souvent de penser à la façon de gérer les choses qui nous stressent. Un déclencheur se présente, on se sent stressé, on y survit comme on peut, puis on choisit délibérément de ne pas y penser jusqu’à y être de nouveau confronté. Ce qui ne résout rien. Ce n’est rien d’autre que faire avec et rester dans le déni.

Astuce : Prenez deux minutes pour noter sur une feuille des exemples de moments extrêmement stressants de votre vie. Soyez précis sur les « qui, quoi, où et quand ». Cet exercice vous permet de comprendre ce qui se joue chez vous, comment le stress se met en place de manière automatique, quelle émotion principale est en jeu.

Mesurer sa capacité à agir :

Une fois le mécanisme du stress identifié, pour en réduire les effets négatifs, il est utile de comprendre sur quoi et comment vous pouvez agir.

Dans la zone d’impact, vous pouvez décider et agir. Le stress disparait.

Dans la zone hors impact, vous pouvez diminuer les effets négatifs du stress par des actions de confort : respiration, cohérence cardiaque, méditation, sport…

Dans la zone d’influence, vous pouvez agir mais cela ne dépend pas que de vous.

Gérer les interactions stressantes :

Vous pouvez choisir d’éviter quelqu’un, choisir la façon dont vous liez conversation ou choisir d’entrer en contact avec quelqu’un qui peut vraiment améliorer votre journée. Faire des choix en connexion avec vos besoins est souvent l’antidote naturel contre le stress. Gérer son stress n’est pas juste éviter les choses négatives, c’est aussi se connecter à des choses positives.

Gérer son temps :

Une des meilleures compétences pour réduire le stress est la gestion du temps que ce soit au travail ou dans la vie personnelle.

Devant une échéance stressante, mieux vaut commencer par les taches les plus difficiles. En effet, commencer par une tâche facile est une erreur. On se dit souvent qu’on va mettre la machine en route en se débarrassant d’une tâche facile avant de s’attaquer à cette énorme tâche qui va nous donner mal à la tête. Cela ne fonctionne pas comme ça. Commencer par la tâche la plus simple vous amène à faire plus de tâches simples et devient en fait un moyen d’éviter le travail qui va, selon vous, vous stresser et qui pourtant doit être fait. C’est un cercle vicieux !

Une autre astuce : la règle des 90/10, travailler 90% du temps et faire des pauses à 10% du temps.

Votre téléphone ou votre ordinateur fonctionne parfois mieux si vous le redémarrez en l’éteignant et en le rallumant, non ? Votre cerveau fait plus ou moins la même chose. Lorsque vous vous déconnectez cognitivement d’une tâche stressante, que vous faites une petite pause, puis que vous vous reconnectez, vous revenez souvent avec moins de stress, et une concentration et une productivité accrues

Nous avons précédemment parlé de contacter des personnes positives, c’est un bon début, mais pensez aussi à aller marcher, appeler un membre de la famille ou quelqu’un dont vous vouliez prendre des nouvelles ou encore pratiquer un exercice de relaxation.

Faire des choix personnels positifs :

Se fixer des objectifs très élevés à brève échéance est très souvent un gage de rechute rapide et de stress important. La clé, c’est de commencer petit. Mieux vaut choisir un ou deux petits objectifs personnels pour l’année.

Une dernière astuce : la visualisation du résultat. Passez une minute ou deux à vous visualiser calmement en train de réaliser votre objectif. Comme un film dans votre tête, imaginez-vous en train de faire ce que vous souhaitez atteindre et ressentez les effets positifs de l’atteinte de votre objectif.



La thématique du stress est vaste et nous n’avons pas la prétention de l’avoir traitée entièrement ici.

Si vous souhaitez aller plus loin, n’hésitez pas à nous contacter. Nous pouvons vous proposer un accompagnement individuel ou encore une formation en groupe.


Commenti


rhino bas.jpg

Voici votre article

 PROPOSÉ PAR GALLILÉO COACHING 

bottom of page